Rechercher
  • Dominique Joubert

Preuve de récepteurs de l’hormone libérant de la thyrotropine dans les adénomes

Preuve de récepteurs de l’hormone libérant de la thyrotropine dans les adénomes sécrétant de la prolactine humaine.

Des récepteurs spécifiques de TRH ont été mis en évidence sur des membranes cellulaires provenant de 8 adénomes sécréteurs PRL humains sur 10. Un site de liaison a été caractérisé. La valeur moyenne (+/- SD) de la constante de dissociation (Kd) de 8 adénomes était de 68 ± 7 nM. Le nombre maximal de sites de liaison variait d’un adénome à l’autre (de 50 à 1200 fmol / mg de protéine). Chez 7 des 8 patients, il y avait peu ou pas de réponse PRL plasmatique in vivo au TRH bien que les récepteurs de TRH étaient présents sur leurs tumeurs. Il est donc suggéré que l’absence in vivo de l’effet stimulant de la TRH dans les adénomes sécrétant la PRL humaine n’est pas due à l’absence de récepteurs de la TRH.

Le Dafniet M, Brandi AM, Bression D, Racadot T, Peillon F.

#cancer #oncologie #recherche

Google OK.png
LinkedIn.png

Un partage autour de ces passions qui remplissent ma vie et mon quotidien : la biologie du cancer, la recherche scientifique en oncologie, la photographie, le jardinage, la cuisine, la peinture, les céramiques, l’écriture...

Un petit mot, une réaction ? Laissez votre message

en cliquant sur le bouton ci-dessous...

Copyright © 2020 Dominique Joubert Floch